C'est moi qui dépeuple les mers
Chasse les dieux, glace les fêtes
J'ai raisonné l'univers
Et je l'ai réduit à ma tête

J'ai aboli la mort
Fui l'ombre et les tourments
J'ai déserté les corps
Épousé les écrans

Ah ah ah

Mais le mystère reste entier
Il se tient magnifique
Au-delà de toute expression
Mais le mystère reste entier
Il se tient magnifique
Au-delà de toute fiction

C'est par moi que croît le désert
Du temps j'ai fait mon adversaire
Tout va très bien dans mon enfer
Je n'ai pas peur du nucléaire

Même éveillé je dors
Je ne sens plus les vents
Je resterai au port
Qui est-ce donc que j'attends ?

Ah ah ah

Mais le mystère reste entier
Il se tient magnifique
Au-delà de toute expression
Mais le mystère reste entier
Il se tient magnifique
Au-delà de toute fiction

Les spectateurs changent et passent
Le spectacle ne change pas


(La dernière ruse de l'homme occidental est de présenter son désastre comme total)